BUTLLETÍ AL·LERGO-POL·LÍNIC

Végétation en ville :
Guia d'informació sobre les plantes amb pol·len al·lergènic

 

Diari pol·línic
Segueix l'evolució dels teus símptomes i de la quantitat de pol·len al diari pol·línic

 

OpenHealth
Intensitat de les manifestacions al·lèrgiques

Les derniers pollens d’ambroisie, d’armoise et de graminées !

Ce mois d’octobre débute avec un week-end pluvieux qui viendra plaquer les derniers pollens au sol et limiter leur dispersion. Mais attention car dès lundi, le beau temps sera de retour sur notre pays avec des températures qui dépasseront même les moyennes de saison les après-midis. Ce temps sec et doux devrait persister au moins toute la première semaine d’octobre.

Ces bonnes conditions météorologiques maintiendront un risque d'allergie moyen le long de la vallée du Rhône et dans la Nièvre mais faible ailleurs. C’est bientôt la fin de la floraison de l’ambroisie ce qui est une bonne nouvelle pour les allergiques qui pourront mieux respirer dans quelques semaines.

Les pollens d’armoise font leur retour avec un risque d’allergie de niveau faible dans le sud est du pays. L’armoise est une espèce de la même famille que l’ambroisie. Elle a un potentiel allergisant élevé mais fort heureusement elle émet beaucoup moins de pollens dans l’air que l’ambroisie.

Le risque d'allergie ne dépassera pas le niveau faible pour les derniers pollens de graminées présents dans l’air !

Les cèdres sont actuellement les derniers arbres à fleurir avec une pollinisation qui démarre tout juste avec les premiers pollens visibles sur nos capteurs. Les cèdres vont libérer de grandes quantités de pollens dans l’air en cette fin septembre/début octobre. En effet, la structure du grain de pollen de cèdre est composée de 2 ballonnets latéraux qui se remplissent d’air ce qui l’aide à être facilement transporté par le vent. C’est pourquoi, ils peuvent dériver sur plusieurs kilomètres et rester longtemps dans l’air. Les pollens de cèdre recouvrent souvent les surfaces extérieures (balcons, voitures, trottoirs, fenêtres, routes…) d’une poudre jaune mais sans pour autant gêner les allergiques car leur potentiel allergisant est très faible. Cependant, en présence de très grandes quantités, notamment à proximité de l’arbre, les personnes sensibles peuvent être incommodées. Il est alors conseillé de consulter un médecin en cas de fortes gênes.

Les allergiques seront enfin tranquilles pendant quelques mois avant le retour des pollens de Cupressaceae-Taxaceae fin novembre en Méditerranée et des pollens de noisetier et d’aulne en début d’année prochaine sur le reste du territoire.

Attention toutefois, avec la remise en route du chauffage, ce sont les acariens et les moisissures qui peuvent venir perturber les personnes allergiques.

(Mis à jour le 30 septembre)

Revenir en haut de la page